Le FLoC ne respecte pas la vie privée sur Internet, déclare Qwant

299
0
Partager cette information :

Le FLoC ne respecte pas la vie privée sur Internet, déclare Qwant

Dans une tribune publiée récemment sur Internet, Qwant, le moteur de recherche français et européen qui respecte la vie privée de ses utilisateurs, s’oppose à la nouvelle technologie de tracking mise en place par un acteur du Web américain : le FLoC (Federated Learning of Cohorts). L’argument du respect de la vie privée est souvent utilisé pour justifier la mise en place du FLoC, le caractère collectif étant privilégié par rapport aux identifiants individuels. Cependant, le FLoC est loin d’être un progrès pour la vie privée sur Internet et la confidentialité des données. « Le caractère collectif de l’analyse ne change pas grand-chose : il sera facile de transcrire l’ID de l’internaute pour connaître sa cohorte, et d’en déduire les attributs qui lui sont affectés. La visite de certains sites, l’intérêt pour certains articles, l’achat de certains produits… Tout est utilisé pour affiner le profil. De plus, l’identifiant qui révèle des éléments de votre personnalité est envoyé à tous les sites qui le demandent, sans même que vous ayez à donner votre autorisation », explique Sébastien Ménard, directeur des affaires publiques et de la communication de Qwant.

La vraie question : trouver une alternative au tracking abusif

Certains internautes se questionnent sur la meilleure option entre les cookies et le FLoC, Qwant est convaincu que c’est en réalité un faux débat : « C’est en réalité un non-choix, on ne choisit pas entre deux mauvaises solutions. C’est le tracking tout entier, parce qu’il vise à influencer nos décisions et nos connaissances en fonction d’un profil plus ou moins pertinent, qu’il faut refuser », répond Sébastien Ménard. Plutôt que de choisir entre deux méthodes de tracking, Qwant recommande de se tourner vers solutions respectueuses de votre vie privée et de votre liberté de penser sur Internet. Ce modèle de tracking soulève aussi des questions de libertés individuelles et accentue le phénomène d’enfermement algorithmique. « À force de “personnalisation” ou d’affiliation à une caste en fonction de ses navigations précédentes, l’individu se voit imposer des contenus censés correspondre à ses centres d’intérêt, le privant de la possibilité de découvrir d’autres points de vue. Bref, de pouvoir se faire une opinion éclairée et de se forger des convictions », déclare Sébastien Ménard.

Print Friendly, PDF & Email
Partager cette information :



Services aux Entreprises, Devis gratuit

Laisser un commentaire